Bandes

James Room and Weird Antiqua

James Room c´est musicien, compositeur et chanteur. Weird Antiqua c´est le style, le son, le concept et le groupe qui lui accompagnent.
C´est à la fin de 2012 quand James Room retourne à son Bilbao natal et réunit les musiciens nécessaires pour créer le groupe destiné à sculpter, pas à pas, le son adéquat.
Dès lors, avec sa puissante voix et sa guitare, on peut voir et écouter les guitares d´Aitor Zorriketa « The Malamute », la basse et la contrebasse de Gabo Brown et les batteries, percussions et chorus d´Indigo L. Agudo en formant ainsi un quatuor endurci dans centenaires de scénarios du métal à la musique classique.

Critique et public ont été unanimes en éloges depuis l´édition du disque qui matérialise cette nouvelle aventure, Weird Antiqua (Auto-édité, 2015).

Donné la chaleureuse réponse reçue à cause de l´album et chaque ´un des concerts (en plus d´une vorace faim musicale) le groupe a enregistré aux studios Gaua à Mungia, avec la direction de Jon Asier Zubelzu, leur deuxième et attendu album, Honest Man Blues (Gaua Records, 2018). Un résumé du rock dans son plus large spectre (blues, roots, grunge, desert, swing, singer songwriter,…).

Avec ce nouvel album, plus rapide, direct et électrique que son prédécesseur, James Room & Weird Antiqua entrent dans la famille de la maison de disques Gaua Records avec un son robuste et compact fruit de l´enregistrement de toutes les bases instrumentales de chaque chanson. La dernière chanson, en fait, était enregistrée en strict direct dans l´auditorium vide du Conservatoire Juan Crisóstomo de Arriaga.

Les textes, que tant d´importance ont dans sa musique, passent du strictement personnel aux métiers sociaux. Incisifs et contondants au même temps qu´intimes et poétiques. Dans Honest Man Blues il y a aussi des collaborateurs de luxe. L´harmoniciste Pablo Almaraz donne sa versatilité dans trois chansons. Et à Denver (CO, USA) une section de cuivres était enregistrée pour autres trois chansons avec le talent de José Leonardo León (trombone), Ryan Spencer (trompette) et Ryan Van Scoyk (saxophone). Masterisé par Mario Alberni dans ses studios Kadifornia, ce Honest Man Blues est destiné à agrandir (beaucoup) les horizons de James Room et ses Weird Antiqua.