Bandes

Julián Maeso

Parler de Julián Maeso, une véritable encyclopédie du rock, et d´élargissement  du catalogue des  rythmes, des sons et des nuances ce sont des grands mots. Mais c´est précisément ce qui se cache entre les passionnés  chansons de Somewhere Somehow, le troisième album en solitaire de l’ex The Sunday Drivers, qui dissèque l´histoire du genre dans chaque intervention, soit discographique ou interprétative. Dans ce cas, en forme de nouvel album, le premier comme artiste de Sony Music, qui se publia le 28 octobre 2016 sur la maison Legacy.

 

Dans Somewhere Somehow Maeso se consacre à l´instinct sauvage du passionné du rock pour compléter une œuvre excitante et touchante. Il se livre corps et âme dans les 11 bijous qui le composent, chacune différente du reste,  même entre leur point de départ et la ligne d´arrivée. Elles invitent le écouteur à devenir protagoniste d´un voyage par couleurs et sons, où l´origine est connu, mais pas la destination.

Les  fondations de sa musique sont installées dans le soul et le rock des années 70, mais la palette de ses sources se répand au funk, au country et même au jazz, pour compléter son disque plus varié.  L´organe Hammond perds d´importance pour laisser place aux merveilleuses voix d´Alana Sinkey et Erin Corine dans la recherche du refrain parfait, avec des  gouttes de magie qui proviennent des synthétiseurs et des mélodies propres du jazz éthiopien ou de la psychédelie.

Endurci dans la scène du rock avec des groupes comme The Blackbirds, Speaklow, The Sweet Vandals, Aurora & The Betrayers, Pájaro, Los Labios… Maeso a été musicien dans des tours de M-Clan ou Quique González et a mis son talent au Hammon au service des grandes divas du soul comme Irma Thomas, Betty Harris ou Martha High. Il a aussi joué par Ken Stringfellow, Taylor McFerrin ou The New Master Sounds, en plus de faire la première partie pour Jakob Dylan, Paul Weller, Iggy Pop, The James Taylor Quartet, Maceo Parker ou Neneh Cherry.